BIOGRAPHIE

du peintre

Octave Tassaert
1800 - 1874

Photo, vers 1865

TASSAERT, Nicolas François Octave. Paris, 1800 - Paris, 1874.

Dessinateur et peintre, fils du graveur Jean Joseph François Tassaert et de Dorothée Stenger. Après avoir été l’élève de son frère aîné Paul, de Guillon-Lethière et de François Girard, il commence sa carrière comme dessinateur illustrateur, traitant des sujets religieux ou des scènes de genre, selon les commandes reçues des éditeurs, notamment de la maison Bès-Dubreuil.

Il peint pour une certaine clientèle des sujets féminins légers et pour une autre des scènes de genre comme Les enfants dans la neige ou Jeune fille évanouie dans une église. Le Salon accueille ses toiles mythologiques (Renaud dans les jardins d’Armide), religieuses (La Communion des premiers chrétiens) ou littéraires (Sarah la baigneuse sur un poème de Hugo). Au Salon de 1851, sa Famille malheureuse, commande de l’Etat illustrant une page de Lamennais, lui vaut une immense notoriété. Ses principaux mécènes sont Bruyas, Dumas fils, Chocquet, Marmontel, Rouart. Vers 1865, la cécité met fin à sa carrière.

Le milieu populaire, jusqu’au début du 20e siècle, affectionnait ses œuvres religieuses ou moralisatrices, voire « larmoyantes » ; des œuvres peintes, souvent reproduites. Ses gravures légères, rééditées par procédé photographique après sa mort, lui ont valu une célébrité douteuse, alors qu’elles ne reflètent qu’un fragment de sa production.

Plus de 30 musées à travers le monde conservent ses œuvres, les mieux pourvus étant à Bayonne (Musée Bonnat), à Paris (Louvre, Carnavalet, Musée de la vie romantique) et à Montpellier grâce à la donation d’Alfred Bruyas.

Références :

Bruno Foucart, Le renouveau de la peinture religieuse en France, 1800-1860, Arthena, Paris, 1987.

Patrick Le Nouene, Exigence de réalisme dans la peinture française entre 1830 et 1870, Chartres, Musée des Beaux-Arts, 1983.

Murielle Le Guen, Octave Tassaert, chronologie, biographie et catalogue, thèse de doctorat sous la direction de M. le professeur Bruno Foucart, Université Paris IV-Sorbonne, 1994.